Luc BESSON, réalisateur français
(1959)

Biographie

Luc Besson est né le 18 mars 1959 à Paris sous le signe des… Poissons. Son enfance baigne dans l’univers aquatique des îles grecques ou yougoslaves, aux côtés de ses parents, tous deux moniteurs de plongée au Club Méditerranée. C’est dans un de ces centres qu’à seize ans, il rencontre les frères Jolivet, Marc et Pierre, alors gentils animateurs et futurs humoristes de renom. Mais à l’époque, il n’envisage rien d’autre qu’un avenir entièrement dédié à la mer et aux dauphins. Un accident de plongée l’empêche de poursuivre dans cette voie et il est contraint de revoir ses projets.

Depuis toujours attiré par la photographie qu’il pratique depuis l’âge de douze ans et par l’écriture, Luc Besson décide de se tourner vers le cinéma. Il quitte le lycée, va au cinéma cinq à six fois par semaine et rôde autour des studios et des maisons de production. À force de persévérance, il se fait engager comme homme-à-tout-faire, stagiaire puis assistant. Il apprend la technique «sur le tas» et sur des films aussi différents que MOONRAKER de Lewis Gilbert (1979) ou LOULOU de Maurice Pialat (1980). Il séjourne même à Hollywood pour parfaire sa formation.

De retour en France, il poursuit sa carrière d’assistant et réalise des courts métrages entre 1978 et 1981 : LES PETITES SIRÈNES; VOICI ou FORMULE. Puis il retrouve Pierre Jolivet : ils écrivent ensemble le scénario de SUBWAY qui se déroule dans les entrailles du métro parisien. Trois semaines avant le tournage prévu, le producteur les abandonne et le projet capote. De rage, Besson et Jolivet montent leur propre maison de production, «Les Films du Loup», et tournent un court métrage, L’AVANT-DERNIER, qui leur permet d’obtenir l’argent pour un autre projet de long métrage, LE DERNIER COMBAT, sur un thème semblable. En noir et blanc, scope et sans dialogue, ce film de science-fiction sur l’après-apocalypse crée l’événement au Festival d’Avoriaz 1983, où il remporte le Grand Prix du Jury.

À la suite de ce succès critique, et malgré l’échec public, Luc Besson se fait du jour au lendemain un nom dans la profession. Alexandre Arcady l’engage comme réalisateur de deuxième équipe sur LE GRAND CARNAVAL; il met en scène le clip d’Isabelle Adjani : «Pull marine» sur une musique de Serge Gainsbourg et succède à Claude Miller comme réalisateur d’un spot publicitaire pour Dim.

Fort de ces succès et après avoir refusé quelques scripts de sous-MAD MAX, il reprend avec Pierre Jolivet le projet de SUBWAY, dont ils récrivent le scénario. Très attendu par la critique, qui fait la fine bouche à sa sortie, SUBWAY connaîtra en revanche un gros succès public qui lui permettra d’enchaîner directement avec un nouveau film.

Après l’univers souterrain du RER, Luc Besson sonde les fonds marins avec LE GRAND BLEU, vieux projet d’adolescent, issu de sa fascination pour la mer et pour le sportif d’exception qu’est Jacques Mayol, spécialiste de la plongée en apnée. Sacré film-culte par la jeunesse qui y trouve un modèle de dépassement de soi, LE GRAND BLEU devient peu à peu, un phénomène de société et les clubs de plongée voient partout dans le monde leur clientèle augmenter en masse… Une version longue du film sortira l’année suivante, pour le plus grand plaisir de ses fans !

En 1990, NIKITA, film atypique dont l’héroïne est une femme d’action parfois violente connaît un triomphe au box-office. Il est vrai qu’Anne Parillaud, alors la compagne du cinéaste, y fait merveille en agent secret d’un nouveau type. La Warner Bros s’empresse d’en racheter les droits et confie la réalisation du remake à John Badham. Dans NOM DE CODE : NINA (Point of No Return, 1993), Bridget Fonda reprend le rôle d’Anne Parillaud.

En 1991, ATLANTIS, documentaire muet consacré à la faune sous-marine sur une musique d’Éric Serra (compositeur sur tous ses films) ne rencontre pas la même faveur publique.

Enfin, Luc Besson réalise à New York et en langue anglaise LÉON (1994), dont le rôle-titre échoit à son acteur fétiche Jean Reno : il y incarne un tueur à gages prenant une petite fille sous sa protection. La même année, LÉON sort aux États-Unis sous le titre THE PROFESSIONNAL.

 

Filmographie

1981 L’AVANT DERNIER (court métrage)
1983 LE DERNIER COMBAT
1985 SUBWAY
1988 LE GRAND BLEU.
1989 LE GRAND BLEU (Version Longue)
1990 NIKITA
1991 ATLANTIS.
1994 LÉON.
1997 LE CINQUIEME ELEMENT
1999 JEANNE D'ARC